La théorie de Steinitz

  1. En début de partie, les forces sont en équilibre.
  2. Un jeu correct des deux camps entraînera une partie nulle.
  3. Un joueur ne peut gagner que sur une erreur de son adversaire. Il n’existe pas de coup gagnant à proprement parler.
  4. Tant que cet équilibre est maintenu, la meilleure des attaques ne peut réussir contre la meilleure des défenses. Une telle défense ne peut que provoquer le recul des pièces adverses et créer un désavantage chez l’attaquant.
  5. Un joueur ne peut donc attaquer que s’il possède un avantage issu d’une erreur du défenseur.
  6. En début de partie, un joueur ne doit pas rechercher à provoquer une attaque. Il doit s’efforcer de modifier l’équilibre en sa faveur,  forçant l’adversaire à commettre une erreur (préambule à toute attaque). Lorsque l’avantage a été créé, il faut alors attaquer faute de le voir se dissiper.

(Theory of Steinitz)

Article suivant
Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :