Comment devenir un GM en moins d’un an (1/4)

Allez, c’est vrai, c’est un peu racoleur ! Mais c’est pourtant ce que propose un texte issus du club de St Emilions (How to Become Master Rated in One Year or Less). Comme d’hab, je synthétise, je résume, j’adapte, et je traduis.

(et rendons à César, enfin, disons plutôt à Irina, ce qui appartient à Irina Mikhailova – 27/10/2018)

 

LES BASES ET PRE-REQUIS

Les quatre étapes pour commencer l’entraînement.

1. Nous avons maintenant à notre disposition de nombreux outils et programmes informatiques.

Fritz, par exemple, est équipé d’une bases de données de plus d’un million de parties pouvant être analysées et utilisées pour les études des ouvertures. Fritz 11 (que les possesseurs des versions plus récentes nous tiennent au courant de ces fonctionnalités) peut aussi mettre en place des exercice de recherche d’échecs, de recherche de pièces en prise ou de pièces non défendues. On peut y ajouter des entrainements sur des finales simples et des ouvertures. Bien sûr, la fonction d’analyse est indispensable. Elle permet au moteur de proposer ses coups candidats, ou après une analyse de proposer des coups alternatifs. Impensable il y a 30 ans. (à noter que Fritz 5.32 ne fonctionne pas sur les ordinateurs en 64 bits, dommage)

2. Des outils statistiques sont souvent inclus dans les programmes.

3. L‘offre sur le marché permet enfin d’avoir des programmes centrés sur des thèmes particuliers (tactique, ouverture, exercices, leçons, recueil de parties commentées, etc)

L’ordinateur présente tout son intérêt dans un concentré d’outils permettant de faire gagner du temps.

Tout ce qu’il faut maintenant, c’est mettre en œuvre un programme d’études et organiser toutes les étapes du processus de formation.

Évidemment, le logiciel d’échecs est l’élément le plus important dans votre formation et un plan d’entraînement va être nécessaire.

Mais cela ne veut pas dire que le parcours sera aisé, et le joueur devra être motivé pour se tenir à des sessions assez longues et régulières.

4. Ligne de base de formation.
Le premier but sera d’atteindre un elo de  1700.

Si vous n’êtes pas classé (en d’autre terme, vous êtes introverti(e) et ne désirez pas vous mesurer à des joueurs réels en compétition ! – je rigole, hein – ), Fritz peut estimer votre niveau, ou la résolution d’exercices tactiques  sur Chesstempo vous donnera une bonne approche de ce que vous valez.

Utiliser Fritz pour trouver votre ELO.

Pour avoir une idée objective de votre force de jeu, vous devrez jouer environ 28 matchs de blitz ou de classement (partie sérieuse dans les parties proposées par Fritz 11). Après avoir joué plusieurs parties, Fritz vous offrira un titre, l’un des 19 que Fritz a à offrir. Celui que vous recevrez dépendra du nombre de parties jouées et des résultats. Par exemple, si vous êtes en mesure de marquer plus de 1700 ELO dans 28 jeux classés, vous recevrez le titre de joueur de Strong Club et Fritz affichera également votre classement ELO basé sur la performance de ces jeux.

Et pourquoi pas gagner 400 points en un an et atteindre 2100 elo ? (+400 , cela me rappelle quelque chose…)

 

Bases techniques minimales.

1. Ouvertures
A ce stade, un joueur d’échecs doit avoir un répertoire d’ouverture testé avec succès qui comprend deux ouvertures en blanc et deux défenses en noir. Une excellente façon d’apprendre les ouvertures est d’utiliser le guide de formation de Chessmaster. Il contient la plupart des ouvertures et leurs variations. Il explique les ouvertures avec la voix et vous donne la possibilité de vous entrainer. Fritz propose aussi un module d’entrainement aux ouvertures. Vous pouvez aussi tenter Chess Position Trainer (version gratuite en démo, mais bridée au bout d’un certain nombre de jours)

2.Tactiques
Le joueur doit réussir  65-75 % des exercices  d’un niveau de 1500 ELO. On parle de Ct-Art quelque part, ici.

3. Stratégie
Acquérir une connaissance solide de la stratégie de base. Comment l’évaluation d’une position est-elle analysée ? Familiarisez-vous avec les 15-25 grandes idées (paire de fous, avant-poste, majorité de pion, contrôle du centre, etc). Comment un plan se forme autour d’un déséquilibre ou d’une faiblesse ou comment un déséquilibre a été créé pour former un plan. Convekta peut vous aider dans cette approche.

4. Fin de partie
Connaître la théorie des finales, connaître les plans d’évaluation du jeu et les méthodes tactiques standard pour environ 250 positions de fin de partie. Vous pouvez utiliser Fritz ou Endgame Studies 2.0 de Convekta pour cela.

À ce stade, un registre ou un journal est mis en place pour enregistrer les progrès.

Ensuite, un programme de formation est établi pour chaque leçon ou activité d’entraînement avec le logiciel d’entraînement. Les fonctions statistiques de vos programmes d’échecs préférés vous permettront de quantifier votre progression.

(à suivre : le planning)

 

Article précédent
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. paulinechess

     /  20 décembre 2017

    super!!

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :