Magnus reste sur le toit du monde !


Certes le championnat n’est pas fini, mais il faudrait a minima que Nepo gagne deux parties (parmi les 6 restant à jouer) pour espérer obtenir des blitz de départage. Autant dire que la mission n’est pas loin d’être impossible !

Championnat du monde.


Si cela vous avait échappé, c’est en ce moment que se déroule le championnat du monde d’échecs, à Dubaï. Carlsen contre Nepomniachtchi. Déjà 4 parties et déjà 4 nulles. Il parait que les parties sont formidables. Mais une nulle quelque part au 33eme coup dans cette 4eme ronde… quel suspense ! J’dis ça… hein… j’dis rien…

Ande ze ouineur iz…


Le club vainqueur du Top 12, à Brest, est Bischwiller.

Viennent derrière, pas très loin : Asnière – Le Grand Echiquier, et Mulhouse Philidor.

Gonfreville l’Orcher, Monaco et Cannes sont relégués en Nationale I. Chartres, Villejuif et Agen accédent au Top 12.

(Départementale, Régionale, Nationale IV, Nationale III, Nationale II, Nationale I et Top 12)

 

Il y a eut un championnat de France à Chartres cet été.

La championne de France est Pauline Guichard et le champion de France est Maxime Lagarde.

And the winner is…


Ju Wenjun !

championne du monde féminine

Face à Kateryna Lagno.

Contrairement aux autres (vous aurez compris que je parle de Caruana et de Carlsen), le titre a été attribué avec un système de coupe avec 64 joueuses. La finale se déroulant sur plusieurs parties.

Les trois demi-finalistes  auront un accès automatique au tournoi des candidates 2019 (bon, je vois qu’il y en qui ne suivent pas : 4 demi-finalistes, mais sur les 4 il y en une qui a gagné…) Et si j’ai bien compris, le système féminin pour désigner la future championne se fera donc sur le système adopté pour les hommes.

Et à part ça ?

Presque sans surprise c’est Magnus Carlsen qui a été sacré champion du monde des échecs 2018.

Voilà, voilà.

Ses qualités lui ont permis de bloquer le jeu de Caruana pendant 12 parties longues. Sachant qu’il allait gagner au tir aux buts ! Sans appel 3-0. Mais pas sans attirer quelques petites remarques de Kasparov et de Kramnik. Même un champion du monde a le droit d’être susceptible.

Le championnat était doté d’un million d’euros. 60% de cette somme reviennent au vainqueur (600 00 €) et 40% au perdant au cas où il n’y ait pas de parties de départage et 55% et 45% en cas de départage

Champion du monde en partie semi-rapide et de la nulle.

 

Chess24 et WCC


 

Les commentaires de ce WCC 2018 sur Chess24 sont assurés en anglais par Sopiko Guramishvili (2386), Peter Svidler (2736) et Alexender Grischuk (2771).

A part Grischuk, l’anglais est assez académique dans la prononciation et assez compréhensible. Du moment qu’on connait le nom des pièces en anglais, les huit premières lettres de l’alphabet, et qu’on sait compter jusqu’à 8, ça va. Grischuk roule des R (it is a vely good posichionne fol the white aftel ze check). Un peu comme Jacques Chirac ! Les pleurs de son bébé (d’alexander, pas de Jacques !) en fond sonore donne à l’ensemble un petit air familial très sympathique. Il ne manque plus que les chips et une bonne bière.

On remarquera que Sopiko joue le rôle de la néophyte (elo >2300… hein, quand même, respect !). Avec des échanges du genre :

Sopiko : Et si Caruana jouait Fd2 ?

Peter : Oui, mais on aurait De7, suivi de Ce4.. et la position ne serait pas claire

Sopiko : Ah oui…

Pour le vrai néophyte, quand on dit que la position n’est pas claire, c’est qu’en fait, on ne sait pas trop quoi jouer.

J’admire en tout cas la performance car on se croirait sur BFM-TV avec des infos en boucle… Ou sur La chaine l’Equipe qui se demande si Cavani en 4-4-2 ne serait pas plus efficace qu’en 4-2-4 !!!