Plan, ouverture et structure de pions


Souvent, apprendre une ouverture consiste à mémoriser une suite de coups. Et la tache semble aussi ingrate qu’impossible, d’autant plus que pour des joueurs de petit niveau, les suites théoriques sont rarement rencontrées. Soit parce que notre adversaire joue un coup probablement moins fort que prévu et qu’on ne sait pas exploiter, ou, au contraire, il joue la variante toxique qui nous met dans le rouge immédiatement. Cela nous sort de notre répertoire très rapidement. Sans plan, sans compréhension de la position, la partie se résume à une série d’escarmouches ou à une partie de ping-pong !

Il semble qu’il soit utile d’articuler la compréhension d’une ouverture sur des parties modèles de grands maitres affrontant des joueurs de niveau inférieur (-100 à -150 elo), sur l’apprentissage de tabias (suite de coups correspondant à la variante principale, c’est à dire la plus souvent jouée à haut niveau) et sur la reconnaissance de structures de pions.

De la structure de pions découle le plan qu’il conviendra d’aborder. Si les notions de colonne ouverte, de cases fortes et des autres subtilités stratégiques sont souvent assez bien comprises, elles deviennent plus difficiles à intégrer en fonction des autres éléments de la position.

Afin d’étudier sereinement une ouverture, il conviendrait de :

  • connaitre les tabias des différentes variantes et les plans associés
  • connaitre les structures de pions qui y sont rattachées
  • avoir quelques parties modèles
  • éventuellement connaitre les pièges et autres subtilités tactiques qui peuvent apparaitre

La maitrise de ces éléments permet donc d’avoir un avantage sur son adversaire.

D’après Understand your opening using tabiyas, pawn structures, model games and typical tactics

« Les structures de pions » de Mauricio del Flores semble être une référence (traduit en français).Travailler la structure liée à l’isolani serait la première étape car elle se rencontre fréquemment : le pion dame isolé (Isolated Queen Pawn = IQP, ou isolani). Mais ensuite, il conviendra de travailler d’autres structures : la structure Carlsbad, les pions pendants et les centres fermés (colonne d et e). De façon plus pragmatique, vous pouvez aussi travailler directement les structures que vous rencontrez dans vos ouvertures préférées.

Gchess


Gchess vous propose de « devenir un meilleur joueur d’échecs » (toutefois si quelqu’un connait un site qui vous promet de ne pas progresser, hein… je suis preneur, cela mériterait bien un article !). Le GM Simon Williams (auteur d’un certain nombre de vidéos et ardent défenseur de la défense hollandaise, à défaut de pouvoir faire de la figuration dans la série Viking) en est un des fondateurs. Autant le dire tout de suite, si l’inscription est gratuite, l’exploitation de toutes les fonctionnalités est payante (genre 10€ par mois).

Il reste malgré tout un outil accessible (c’est à dire gratuit) assez intéressant qui consiste à entrer les premiers coups d’une partie et cela vous affiche les vidéos qui traitent de ce que vous venez d’entrer sur l’échiquier du site ! Cela vous oriente aussi vers des cours de Chessable ou des parties sur Lichess avec ladite ouverture

Le site regroupe New in chess, Chessable, TWIC, Ichess et toutes sortes de choses de ce genre.

Rien de miraculeux, mais l’outil peut s’avérer utile ! Le truc regrettable, voire mesquin, est que SF 10 analyse par défaut la position, et que SF 13 n’est accessible qu’aux souscripteurs ! Rappelons que SF est gratuit et que SF14 équipe Lichess gratuitement.

Travailler les ouvertures sur Chessable


Chessable est ce site qui vous permet, grâce à des petites routines répétitives, de vous lancer dans la tactique, les ouvertures, ou des parties commentées en répétant la série de coups censés vous faire gagner. Tentez des cours gratuits, parfois réalisés par des joueurs de bon niveau.

Mais il y a mieux, pour peu que vous soyez patients et que l’outil vous plaise : vous avez la possibilité de créer votre cours à vous. Oui, avec la répétition des séquences ! Si vous n’avez pas l’option Pro, vous ne pourrez toutefois pas mettre plus de 5 leçons en même temps.

Testez votre ouverture préférée avec ses principales variantes en créant une étude sur Lichess : tiens, on va dire le gambit Stafford par exemple. Sinon, vous pouvez aussi utiliser votre répertoire issus de vos dernières parties quand vous jouez e4, mais faites simple au départ afin de vous familiariser avec l’outil et son paramétrage. Autre alternative : utiliser une étude déjà faite sur Lichess, ce n’est pas ça qui manque.

Puis sur Chessable, après vous êtes inscrit (c’est gratuit) : allez dans <Tools>, <Create a course>. Un guide vous aidera. Cliquez sur les bonnes cases, puis <submit>. (oui, le français n’existe pas sur Chessable !)

Saisissez votre étude Lichess (format PGN) et allez la coller sur <Import PGN>

Les options par défaut devraient être bonnes sur cette page.

Puis <IMPORT>

Et hop votre étude est crée. Les variantes sont découpées et les commentaires de l’étude sont affichés aussi. Mais il reste à dégrossir deux trois trucs, comme les titres des variantes à étudier, au risque de ne pas comprendre laquelle vous étudiez. Pour ça, allez sur <Courses> <created by you> , cliquez sur votre étude et à droite vous aurez : <Go to control panel>. Sur cette page de contrôle, vous avez enfin la possibilité de voir votre étude, éditer les variation, éditer le chapitre ou le supprimer.

Ce n’est pas clair : tentez par vous-même, le temps d’une soirée vous aurez une étude à vous, perso !

Selon Jesse Kraai (Chess Dojo), cet outil sur Chessable expliquerait notamment pourquoi de jeunes joueurs sont finalement assez pointus sur les ouvertures !

A vous de voir. Même si elle n’explique pas trop comment créer votre cours, essayez cette présentation en français. Sinon, vous avez la vidéo de Jesse Kraii. (Mais Jesse, c’est quoi ce bonnet ??) Pour les anglophones, une vidéo de présentation dans Chessable est incluse dans la création d’un cours.

Si on apprécie cet outil, cette possibilité nous permet de travailler notre répertoire personnel à partir de nos parties analysées. Alors, êtes vous tentés ?

Ben nous dit que…


« Travailler les ouvertures à petit niveau n’est pas pertinent !« 

Les ouvertures ne servent à rien si on veut améliorer son niveau. Ne perdez pas votre temps avec ça : les ouvertures n’ont rien à voir avec le jeu d’échecs. Utilisez mieux votre temps en travaillant la tactique, en cherchant les menaces de vos adversaires, analysez vos parties.

Si vous êtes bon en tactique, vous pouvez jouer 1. a4 sans problème.

Si vous êtes classés 1500 et que vous jouez contre un autre 1500, vous pouvez jouer 1. h3, puis 2. Th2 !

S’intéresser aux ouvertures est la plus grosse erreur que font les joueurs de petit niveau qui s’imaginent progresser en les travaillant.

Si vous vous appelez Magnus Carlsen, et que vous jouez contre Wesley So, là… bien sûr, cela a un sens… mais sinon…

Jouer aux échecs c’est s’intéresser au contrôle du centre, travailler le développement, ne pas laisser ses pièces en l’air (pas protégées), mieux gérer son temps pour ne pas perdre à cause de la pendule, étudier les finales basiques. Mais pas les ouvertures.

Si votre coach vous recommande une ouverture, changez de coach !

(Ben l’avoue : il n’aime personne !)

Pourquoi choisir le mauvais coup ?


[Event « Rated Classical game »] [Site « https://lichess.org/PXgqF5Zi »%5D [Date « 2021.05.31 »] [White « GarboBot »] [Black « Sholmes49 »] [Result « 1-0 »] [UTCDate « 2021.05.31 »] [UTCTime « 17:23:45 »] [WhiteElo « 1888 »] [BlackElo « 1784 »] [WhiteRatingDiff « +5 »] [BlackRatingDiff « -7 »] [WhiteTitle « BOT »] [Variant « Standard »] [TimeControl « 3600+10 »] [ECO « B12 »] [Opening « Caro-Kann Defense: Advance, Short Variation »] [Termination « Normal »] [Annotator « lichess.org »] 1. e4 c6 2. d4 d5 3. e5 Bf5 4. c3 e6 5. Be2 { B12 Caro-Kann Defense: Advance, Short Variation } Nd7 6. Nf3 c5 7. O-O h6 8. c4 cxd4 9. cxd5 exd5 10. Nxd4 Be4 11. Nc3 a6 12. e6 Ndf6 13. Qa4+ b5 14. Ncxb5 axb5 15. Bxb5+ { Black resigns. } 1-0

Pourquoi, au 8ème coup, sur les quelques coups à ma disposition, j’ai pris un des plus mauvais (même pas parmi les 20 premiers choix de Komodo 12 !), au lieu d’un coup qui, à défaut d’assurer une sortie d’ouverture satisfaisante, ne m’aurait pas entrainé sur un abandon au 15ème coup ! Et vous, vous auriez joué quoi ?