Tata Steel Masters 2021


Quel bilan après le ronde 8 et avant la dernière ligne droite qui commencera demain  :

Personnellement, je retiendrais qu’aux âmes bien nées, le talent n’attend pas le nombre des années !

Alireza Firouzja, 1er au classement provisoire, a 17 ans (elo 2749 et 18ème joueur mondial, avec une performance de 2861)

Et c’est un jeune de 18 ans qui a fait chuter Magnus Carlsen (champion du monde en titre, premier joueur mondial avec 2862 elo) : Andrey Esipenko, âgé de 19 ans (elo 2677 et 60ème joueur mondial, avec une performance de 2854).

Et Maxime ? Ce n’est pas le tournoi dans lequel il va briller, à moins de finir avec un sans faute. 10ème sur 14, contre-performance, soucis dans les sorties d’ouverture…

 

   

 

Vachier-Lagrave, Maxime vs Anton Guijarro, David


C’est dans le tournoi de Wijk aan Zee (c’est tout de même plus poétique que le Tata Steel Masters), et la quatrième ronde s’est soldée par une nulle dans toutes les parties.

A titre d’exemple, j’ai jeté un rapide coup d’œil sur la partie de Maxime contre Anton. 2784 contre 2679. L’analyse sur Lichess a montré pour les deux : 0 imprécision, 0 erreur, 0 gaffe. La perte moyenne a été de 0.055 pions chacun pour cette partie. L’avantage maximum concédé par le joueur espagnol a été de 0.8 points, et 0.5 points par MVL.

Waouh !

En gros, le graphe de l’analyse ressemble à ça :

Alors que quand je joue avec un adversaire de mon niveau :

 

 

Faut-il perdre ?


Je ne parle pas de ces joueurs qui se débrouillent pour obtenir un elo inférieur à leur réel niveau et qui jouent ensuite dans une catégorie inférieure qu’ils dominent…

Non, ma question est : à quel moment faut-il abandonner ?

Exemple : ces joueurs qui avec leur roi dépouillé face à R+D+T+P continuent malgré tout contre un adversaire qui n’est pas pressé par le temps. Certes un pat est possible, certes l’adversaire peut avoir une défaillance, certes.

Savoir abandonner, c’est savoir être poli, et, pourquoi pas, être respectueux (disons que c’est ma façon de voir et ce qui suit n’engage que moi).

« Eh toi, bouffon, zyva, G pas peur de ta dame et tes 3 pions, si j’veux des boloss comme toâ j’en mange tous les jour ! J’te jure, mon p’tit frère il est plus fort que toâ ! Wesh ! »

L’horloge, la pendule, ze clock.

Alors, définitivement non. être mené au temps (genre 2mn contre 30 mn) alors qu’aucun mat en trois coups ne se profile à l’horizon n’est pas une raison suffisante pour abandonner.

L’avantage matériel et ou positionnel

A partir de quel différence de matériel peut-on estimer que la partie est perdue et que l’abandon respecte l’adversaire et économise nos forces pour la prochaine partie d’un tournoi ?

Grosse question, et je n’ai pas la réponse. Il faut certainement prendre en compte la différence de niveau, la position…

Entre joueurs de moins de 1400-1500, les imprécisions existent pendant toute la partie, et tant qu’on n’arrive pas dans une finale « théorique » perdante, il est toujours intéressant de continuer.

L’imminence d’un mat

On va passer sur les finales élémentaires, ou sur le pion qui ne peut qu’obtenir sa promotion.

Mais parfois la position est catastrophique en milieu de partie, le roi est cerné de toute part, c’est Fort Alamo et la bataille de Camerone sur l’échiquier !

Là, justement, ne pas abandonner est malgré tout une marque de respect pour l’adversaire à qui on ne volera pas la plaisir du mat.  Et puis, perdu pour perdu, quel plaisir de rechercher au maximum le moyen de retarder la funeste conclusion.

L’option de la nulle

Ne pas la négliger ! Personne ne perd, personne ne gagne.

La triple répétition, l’échec perpétuel, la recherche du pat sont des techniques qu’il ne faut pas oublier et abandonner trop tôt sans les envisager serait dommage.

Faut-il accepter une proposition de nulle, afin de ne pas perdre ?

Si vous courez après un titre, un classement, et que vous êtes « joueur », je serais tenté de dire non ! Sauf si vous estimez votre position catastrophique : sautez sur cette offre.

Un article sur la nulle (enfin… le titre est tout de même No Draw !) : ici, pour la version traduite (sachant qu’il vous faudra remplacer tirage par nulle)

Vous en pensez quoi ?

C’est trop nul !!


La nulle, tout un art. Je ne suis pas arbitre, donc tout ce qui suit est brut de décoffrage à partir des règles.

Le pat, le défaut de matériel… bon, là, cela devrait aller quand cela se présente. Avec quelques subtilités.

Le pat : il faut le signaler, car l’adversaire peut vous laisser jouer votre roi (vous n’aviez pas vu ce cas de nullité), amener une pièce qui vous met échec et mat. C’est vicieux, mais, pourquoi pas !

Insuffisance de matériel : cela signifie qu’un joueur (ou les deux) n’a pas les pièces nécessaires pour mater. Nulle d’office. Toutefois, si aucun des deux joueurs ne se rend compte de cette situation, la partie peut continuer !

Si toutefois vous perdez au temps et que votre adversaire n’a plus que le roi (par exemple) et vous trois pions (par exemple), la partie est une nulle.

S’il reste R+P et R, et si le temps est écoulé pour le possesseur du roi dépouillé, la partie est gagnée d’office pour le possesseur du pion, sans avoir à calculer si la position permet le gain ou pas. D’où l’intérêt de capturer un maximum de pions, sin on peut le faire, et quand on est en retard.

Les autres cas sont un peu plus délicats semble-t-il.

Accord mutuel : le joueur qui propose une nulle le fait après avoir joué son coup et avant d’appuyer sur sa pendule. Il ne peut pas se rétracter. Et cette proposition est ensuite rejetée ou acceptée. L’histoire ne précise pas au bout de combien de temps cet accord peut être accepté ou pas ! (je propose la nulle 10 secondes avant que le drapeau tombe, mais mon adversaire attend que les 10 secondes s’écoulent…)

La répétition de position : un protocole doit être respecté.

Et je me permets de recopier les infos du club de Cergy-Pontoise :

Si c’est à vous de jouer, et que votre coup aboutira à la répétition de position, vous devez :

  • noter votre coup sur la feuille de partie (sans le jouer)
  • arrêter la pendule
  • appeler l’arbitre
  • lui déclarer votre intention de jouer ce coup et réclamer la nulle
  • il vérifiera alors votre demande

Si le coup de votre adversaire abouti à la répétition de position, vous devez :

  • arrêter la pendule
  • appeler l’arbitre
  • réclamer la nulle
  • il vérifiera alors votre demande

Si votre demande s’avère incorrecte, l’arbitre ajoutera deux minutes au temps de réflexion de votre l’adversaire. Ensuite la partie continuera.