Le elo est là.


Point de détail dans la culture échiquéenne, le Elo (ou l’elo ?) est un calcul compliqué permettant de comparer les niveaux des joueurs. Institué par la FIDE depuis 1970 et, depuis plusieurs années déjà, il est actualisé chaque mois.

Deux joueurs de niveau identique (même elo) ont une chance sur deux de gagner. Bon, disons que sur 100 parties, chacun devrait en gagner 50 (on oublie les nulles, ce sera plus simple).

Une différence de 100 points cela va donner du 60/40 (le joueur le plus fort va gagner 60 parties et l’autre 40), 200 donnera 75/25, et 300 donnera 85/15.

En théorie avec une différence de 400 points, cela devrait donner du 90/10 (mission impossible). Dans l’absolu, 600 points de différence : c’est 100% de gain pour le elo supérieur.

Les calculs individuels.

Quel gain sur une partie selon la différence d’elo ?

Conditions (pour ce qui concerne des joueurs de petit niveau) : avoir un elo calculé à partir d’au moins 30 parties, avoir moins de 2400 elo, et avoir plus de 18 ans (pour plus de précisions, se référer à la page de la FIDE).

Ci-dessous, les gains attendus selon la différence de niveau (ligne 1 : un joueur gagne contre un autre joueur classé 400 points de plus, et dernière ligne : un joueur gagne contre un joueur classé 400 points en dessous).

  • -400 : +18.4 (gain contre un joueur avec elo supérieur de 400 points. Inversement, on perd 18.4 points si on perd contre joueur avec un elo inférieur de 400 points)
  • -300 : +17
  • -200 : +15.2
  • -100 : +12.8
  • 0 : +10 (gain contre un joueur avec le même elo)
  • +100 : +7.2
  • +200 : +4.8
  • +300 : +3
  • +400 : +1.6 (gain contre un joueur avec un elo inférieur de 400 points)

Au delà de 400 points de différence, le calcul sera établi avec un différentiel de 400 points.

En cas de nulle on a :

  • -400 : +8.4 contre un joueur classé 400 points au dessus
  • -300 : +7
  • -200 : +5.2
  • -100 : +2.8
  • 0 : 0
  • +100 : -2.8
  • +200 : -5.2
  • +300 : -7
  • +400 : -8.4 contre un joueur classé 400 points en dessous.

Petites remarques perso : 5 parties gagnées en interclub (par exemple) en une saison, contre des joueurs classés 400 points au dessus de votre niveau, vous feront gagner 18,4×5=95 points. Mais c’est aussi valable pour 5 parties de tournois (avec votre elo qui reste toutefois constant au cours du tournoi, sauf s’il est à cheval sur deux mois, alors qu’en interclub votre elo peut bouger d’un match à l’autre).

Inversement, si vous perdez contre ces mêmes joueurs, votre elo ne chutera « que » de 1,6×5=6.4 points.

Pour cette même saison, contre des joueurs de votre niveau, votre variation d’elo fluctuera entre +50 et -50 points.

Bref et pour faire simple, sachant que le elo est actualisé chaque mois, si vous avez un potentiel +375 points au dessus de votre elo actuel (en gros : si vous voulez passer de 1400 à 1775 !), il vous faudra gagner dans les 20 parties contre des joueurs avec +400 elo pour atteindre les 1775. Soit environ 3 à 4 tournois.

Si vous êtes dans le milieu du tableau, il vous faudra gagner 37,5 parties (+10 si vous gagnez contre un joueur de votre niveau). Donc plutôt dans les 4 à 6 tournois.

Conclusion : tout ceci explique pourquoi les joueurs qui progressent sont ceux qui participent souvent à des tournois. Pas de partie officielle : aucune variation de votre elo. C’est logique.

Et enfin : ne pas hésiter à s’inscrire dans des tournois à haut niveau (même si vous êtes en bas du tableau). Au bout de la 2 à 4 parties, vous affronterez des adversaires de la même puissance. Au pire, si vous affrontez des joueurs à +300 ou +500, on a vu que la perte d’elo est minime.

Dans des tournois réservés à des joueurs classés « moins de … » (moins de 1400 elo , moins de 1500, 1700 !), il y a une certaine probabilité que vous tombiez contre des joueurs au classement provisoire (elo qui se termine par 99 : 1199, 1099, …). Votre résultat contre ces joueurs ne modifiera pas votre elo.

Je ne sais pas si j’ai été assez clair.

Oui ? Non ?

Monsieur Elo, c’est lui.

Ben nous dit que…


« Travailler les ouvertures à petit niveau n’est pas pertinent !« 

Les ouvertures ne servent à rien si on veut améliorer son niveau. Ne perdez pas votre temps avec ça : les ouvertures n’ont rien à voir avec le jeu d’échecs. Utilisez mieux votre temps en travaillant la tactique, en cherchant les menaces de vos adversaires, analysez vos parties.

Si vous êtes bon en tactique, vous pouvez jouer 1. a4 sans problème.

Si vous êtes classés 1500 et que vous jouez contre un autre 1500, vous pouvez jouer 1. h3, puis 2. Th2 !

S’intéresser aux ouvertures est la plus grosse erreur que font les joueurs de petit niveau qui s’imaginent progresser en les travaillant.

Si vous vous appelez Magnus Carlsen, et que vous jouez contre Wesley So, là… bien sûr, cela a un sens… mais sinon…

Jouer aux échecs c’est s’intéresser au contrôle du centre, travailler le développement, ne pas laisser ses pièces en l’air (pas protégées), mieux gérer son temps pour ne pas perdre à cause de la pendule, étudier les finales basiques. Mais pas les ouvertures.

Si votre coach vous recommande une ouverture, changez de coach !

(Ben l’avoue : il n’aime personne !)

Mai 2021


Avec ses presque 900 visiteurs mensuels (30 par jour), le blog surfe toujours sur la vague de Queen’s Gambit j’imagine. Si « Adapter son travail à son niveau elo » est toujours l’article phare, l’article consacré à la méthode Woodpecker devient le deuxième article le plus consulté, loin devant celui consacré à Chessbase.

Bilan Janvier 2021


Les nombre de visiteurs s’envole !  De 100 à 150 par mois l’année dernière, ce blog en attire presque 1000 désormais ! De France et de pays francophones en très grande majorité, mais aussi quelques Américains, Italiens et Allemands.

Merci Beth Harmon.

Si l’article « Adapter votre travail à votre elo » est l’article le plus lu, celui sur Chessbase arrive juste derrière.

 

N’hésitez pas à commenter !

Tata Steel Masters 2021


Quel bilan après le ronde 8 et avant la dernière ligne droite qui commencera demain  :

Personnellement, je retiendrais qu’aux âmes bien nées, le talent n’attend pas le nombre des années !

Alireza Firouzja, 1er au classement provisoire, a 17 ans (elo 2749 et 18ème joueur mondial, avec une performance de 2861)

Et c’est un jeune de 18 ans qui a fait chuter Magnus Carlsen (champion du monde en titre, premier joueur mondial avec 2862 elo) : Andrey Esipenko, âgé de 19 ans (elo 2677 et 60ème joueur mondial, avec une performance de 2854).

Et Maxime ? Ce n’est pas le tournoi dans lequel il va briller, à moins de finir avec un sans faute. 10ème sur 14, contre-performance, soucis dans les sorties d’ouverture…